Thérapie du deuil

A la suite des travaux de Raymond Moody et de l’expérimentation réalisée par Djohar SI AHMED et Evelyne Sarah MERCIER ( voir: « Expériences Autour d’un Miroir« ), Djohar SI AHMED a mis au point un dispositif et un protocole original : accompagner tout au long d’une journée, de manière intensive, une personne endeuillée en butte à un deuil difficile, voire bloqué, malgré un certain temps écoulé depuis la perte de l’être cher.

deuil accompagnement

Nous contacter

[wpspoiler name= »en savoir plus… » ]

Il s’agit d’un travail de deuil intensif, utilisant à un moment de la journée le miroir comme support de ce processus et reproduisant le psychomanteum de l’Antiquité. Au cours de cette journée et à travers une succession d’entretiens seront mis à jour les relations du sujet à la personne disparue et le réseau affectif (amour, haine, culpabilité, joie, peine, etc..) dans lequel cette relation a évolué ou est restée bloquée au fil des ans et a fortiori depuis le décès.

Cette série d’entretiens s’organise autour d’objets concrets destinés à évoquer plus directement sentiments, souvenirs, évènements, personnalité, investissements affectifs reliant la personne faisant l’expérience à celle du disparu. Ces objets peuvent être des photographies, des effets personnels, des objets particulièrement signifiants et représentatifs de l’être-même du mort.

Notre expérience de plus de 15 ans a montré l’importance de cet accompagnement pour d’autres types de deuils : séparations qui s’éternisent, départs insurmontables, changements existentiels majeurs (départ à la retraite, perte d’emploi, etc..).

Un tel accompagnement permet, à l’issue de cette journée, une transformation radicale des liens conscients mais surtout inconscients , à la personne disparue. La dimension toxique et douloureuse d’un deuil impossible disparaît, laissant la place à de nouveaux aménagements. Elle permet également, dans le cas des autres séparations ci-dessus évoquées, d’envisager et d’entreprendre sereinement les changements de vie jusque-là impensables.

Si, passés plusieurs mois, vous continuez à souffrir de façon excessive, d’une perte, d’une séparation, d’un changement, que vous jugez et vivez comme insurmontable, vous pouvez participer à une telle journée.