Psychanalyse, psychothérapie

La psychanalyse actuellement omniprésente, surmédiatisée, décriée, apparaît en arrière-plan de très nombreux discours et écrits sur l’éducation, la pédagogie, les relations parents-enfants, la violence, la sexualité, mais aussi la critique d’art, le cinéma, la guerre, la politique, et bien sûr la télévision. En tant que mode de pensée, souvent dévoyé et mal intégré, elle infiltre peu ou prou la quasi-totalité des discours. Sa diffusion en tant que référence culturelle va malheureusement de pair aujourd’hui, avec sa relative désaffection du milieu où elle devrait en toute logique être la plus présente : la psychiatrie et les psychothérapies.

Fondée par Freud, la psychanalyse est une discipline dans laquelle on distingue trois niveaux ou trois grands axes autour desquels s’organisent sa pratique et sa pensée ( Laplanche et Pontalis) :

• Une méthode d’investigation consistant essentiellement dans la mise en évidence de la signification inconsciente des paroles, des actions, des productions imaginaires (rêves, fantasmes, délires). Elle se fonde sur la règle dite « règle de la libre association ». L’expression d’une pensée en amène une autre, qui en suscite une autre etc… D’associations en associations, un sens caché, inconscient va pouvoir se révéler, sens qui pourra éventuellement être délivré à l’analysant sous la forme d’une interprétation ;

• Une méthode psychothérapique fondée sur cette exploration : travail sur les contenus, sur les résistances, sur les phénomènes de transfert (ce qui est revécu par le sujet et projeté sur la personne du psychanalyste) dans le but d’amener à devenir « sujet de son propre désir » ;

• Enfin, un ensemble de théories et de théorisations, un corpus issus des deux points précédents.

Nous contacter

SelectionnerEn savoir plus...